Comment bien accueillir votre loulou ?

Commencez par préparer : LE KIT D’ARRIVÉE DU LOULOU
Voici le kit obligatoire pour l’adoption d’un chat (une photo sera demandée avant l’adoption)

Une caisse de transport adaptée : évitez les premiers prix pour plus de sécurité, et optez pour une caisse en dur plutôt qu’un sac de transport.   

Un bac à litière : il doit toujours être accessible, dans un lieu calme, et à bonne distance du point nourriture. La litière doit être vidée de ses excréments (et de ses urines si litière agglomérante) quotidiennement à l’aide d’une petite pelle. Elle doit toujours être propre, sous peine de voir  le chat faire ses besoins en dehors de celle-ci. Pour éviter les projections de litière, préférez un bac avec toit. Ne pas hésiter à enlever la porte si votre litière en possède une, les chats ont parfois du mal avec le mécanisme ou peuvent être effrayés par le claquement.

Gamelles et nourriture : 2 gamelles minimum doivent toujours être à disposition. L’une pour l’eau qui doit toujours être propre et fraîche. L’autre pour la nourriture, mentionnée lors de nos échanges et de la visite. Evitez le plastique si possible : cela laisse parfois un goût dans l’eau et favorise l’acné du chat.

Arbre à chat : en appartement, un arbre à chat (suffisamment grand pour qu’il puisse y grimper) est idéal puisqu’il permettra aux chats de se distraire en
escaladant; point de jeu mais aussi d’observation de la maison ou lieu de sieste, il pourra également faire ses griffes sur les troncs (et non pas sur votre canapé ou sur le papier peint !). Nos loulous y sont généralement habitués. N’hésitez pas à nous demander conseil !

 Jouets : surtout ceux avec interaction, plumeaux, cannes à pêches… mais aussi balles, souris (que vous pouvez fabriquer maison), afin d’éviter qu’il ne s’ennuie. Un chat a besoin de stimulation et de se dépenser en jouant.

Pour acheter tout cela à des prix raisonnables et en vous faisant livrer à domicile, vous pouvez passer par notre partenaire Zooplus (site de vente en ligne pas cher sur lequel nous nous fournissons). En cliquant sur ce lien et en y restant jusqu’au paiement, Zooplus nous reverse une partie de vos dépenses sans que cela ne vous coûte quoi que ce soit! C’est pratique pour vous et cela nous aide énormément!

 

Les bons gestes à adopter

L’arrivée du chat à la maison
Il est tout à fait normal d’être excité par l’arrivée de ce nouveau petit être dans votre maison, cependant il faudra savoir faire preuve de calme et de patience. Le chat aura besoin de prendre ses repères pour se sentir à l’aise dans son nouvel espace. Une période d’adaptation est donc nécessaire afin que cette future cohabitation se fasse en toute sérénité pour l’animal comme pour son maître.

Quelques conseils :

  • Ne « lâchez » pas votre chat librement dans l’appartement au milieu des enfants et éventuels animaux dès son arrivée. Isolez-le plutôt dans une pièce fermée, au calme, c’est un territoire qu’il pourra conquérir en toute tranquillité et sans être perturbé. Allez le voir régulièrement pour jouer avec lui, le câliner afin qu’il s’habitue à vous petit à petit.
  • Une petite semaine de transition sera nécessaire pendant laquelle vous pourrez ouvrir les portes et laisser le chat explorer le nouveau domicile sous votre surveillance.
  • Cette exploration doit être progressive tout comme la présentation avec les autres animaux : nous vous conseillons de faire des échanges de linges ou d’objets imprégnés de leurs odeurs respectives.
  • La présentation aux jeunes enfants doit également se faire sous une surveillance attentive car ceux-ci peuvent sans le vouloir faire mal à l’animal en voulant jouer avec.

L’alimentation
Un chat doit toujours avoir à sa disposition des croquettes à volonté et de l’eau fraîche et propre (pas de lait!).Nos loulous sont habitués à avoir des croquettes en libre service et à manger à leur rythme. La diète n’est pas une solution quand un chat est malade, au contraire, cela posera plus de problèmes que ça n’en résoudra. En revanche, si vous remarquez que votre loulou ne se nourrit plus (pendant plus d’un jour), c’est un signe qu’il y a un problème. Si votre loulou est un gourmand, vous pouvez opter pour un distributeur de croquettes ludique qui le force à jouer pour obtenir des croquettes : cela permet de l’occuper la journée, et d’éviter qu’il ne se “goinfre”.

Même si elle semble plus chère à la base privilégiez une nourriture de qualité, c’est le premier médicament de votre chat.

 

Les soins

Vermifuges : Les chats sont sujets aux vers intestinaux, il faut donc vermifuger régulièrement votre compagnon avec un vermifuge mixte (Milbemax).

Pour les chatons jusqu’à 6 mois : tous les mois
Pour les adultes en appartement : tous les 6 mois
Pour les chats qui sortent ou côtoient de jeunes enfants : tous les 3 à 4 mois

Anti parasitaires : Même s’il n’a pas accès à l’extérieur, il est possible que votre chat attrape des puces ou tiques, il est donc préférable de le traiter de façon préventive. Vous trouverez des antiparasitaires sous forme de pipettes (Stronghold, Frontline…) chez votre vétérinaire ou dans les animaleries.

Vaccins : Les vaccins contre le typhus et le coryza sont indispensables, même pour un chat vivant exclusivement à l’intérieur, car en rentrant, vous pouvez ramener germes et microbes sous vos chaussures et sur vos vêtements. Un chat qui sort et/ou rencontre ses congénères, devra en plus être vacciné contre la leucose.
Ces 3 vaccins consistent en :
1 première injection à partir de l’âge de 8 semaines (pris en charge par l’association pour nos loulous)
1 rappel 3 à 4 semaines plus tard (pris en charge par l’association ou le futur adoptant, selon la date d’adoption)
1 rappel annuel durant toute la vie de votre compagnon
Si vous envisagez de voyager avec votre chat, il vous faudra le faire vacciner contre la Rage (une injection annuelle, la première à l’âge de 3 mois minimum)

Surveillance : Le pelage, les excréments de votre chat, une modification du comportement sont des indicateurs de son état de santé. N’hésitez pas à signaler à votre vétérinaire l’apparition de pellicules ou de diarrhée persistante ainsi qu’une évolution dans son attitude, s’il est moins vif et ne mange plus par exemple.

La stérilisation
Cette intervention est un véritable acte de protection animale qui va permettre de :

  • Limiter la surpopulation animale et donc la misère et les euthanasies
  • Réduire considérablement le risque de tumeurs mammaires chez la femelle (si l’opération est pratiquée avant les premières chaleurs)
  • Eviter les infections de l’utérus chez la femelle
  • Limiter le risque de contamination par des maladies infectieuses et notamment par le FIV
  • Eviter les comportements irritables, virulents, fugueurs et bagarreurs
  • Eviter les miaulements rauques en pleine nuit
  • Éviter les marquages urinaires intempestifs
  • Les chats ne souffrent aucunement d’être stérilisés puisqu’une fois que la stimulation hormonale sexuelle disparaît, les besoins n’existent plus, de même que les chattes ne souffrent pas de ne pas connaître la maternité puisque l’épanouissement grâce à celle-ci est un concept humain.

L’éducation
Votre nouveau compagnon sera sûrement amené à faire quelques bêtises. Il est important de garder en tête que disputer ou frapper un chat ne servira à rien sauf à empirer la situation. C’est un animal têtu donc il faut répéter sans cesse et être doux et patient!

Munissez vous d’un pulvérisateur à eau ou tapez de la main sur un meuble afin qu’il associe la bêtise à quelque chose de désagréable, mais n’intervenez pas directement. Pour apprendre au chaton à ne pas griffer en jouant : on joue avec les jouets et on caresse avec les mains!

Le chat est toujours propre, si il fait en dehors du bac c’est qu’il y a un soucis : soit la litière ne lui convient pas soit, elle est sale, soit il est stressé ou malade.

 

Les dangers de la maison

Les aliments dangereux
Le lait de vache provoque des diarrhées chez les chats adultes car ils ne possèdent plus l’enzyme nécessaire à la digestion du lactose (sucre du lait) mais en donner aux chatons reste quand même inutile et déconseillé.

Le thon en boîte du commerce est beaucoup trop salé. Si vous désirez en donner un peu à votre compagnon, il est nécessaire de le rincer au préalable. Il est également déconseillé de donner trop souvent du thon à votre chat.

Le chocolat (surtout le noir, riche en cacao). Une intoxication au chocolat peut entraîner tremblements, nausées, diarrhée, spasmes musculaires, convulsions…

Oignon, ail, échalote, ciboulette et poireau : contiennent du N-propyl-disulfure, une substance hémolytique qui peut causer des hémorragies et des anémies (5g de substance sèche par kilo de chat suffisent). Ces aliments sont en plus mal digérés et produisent des gaz, des crampes abdominales et des coliques.

Les tomates crues peuvent causer des troubles digestifs voire une intoxication.

L’avocat contient de la persine, un acide gras toxique causant parfois des oedèmes et de l’ascite chez le chat.

Les plantes dangereuses
Les accidents graves liés aux plantes sont rares car le chat semble avoir un sixième sens qui le protège. Il faut cependant rester vigilant, sont dangereuses les baies, les feuilles, les tiges ou le latex. Les chats qui s’ennuient aiment bien mordiller nos plantes, se frotter contre leurs feuilles… ainsi surviennent des accidents de toute sorte, au niveau des yeux, de la peau, du tube digestif. Vous trouverez une liste de plantes potentiellement toxiques sur le site ci-après : elevage-du-chat.fr/intoxication-plantes

Les dangers quotidiens
Colliers : Si vous souhaitez lui mettre un collier, préférez un collier entièrement élastique car les risques de pendaisons et de blessures sont bien moins importants. Et surtout pensez à retirer la clochette qui peut empêcher les chats d’entendre les éventuels dangers (et les rendre dingues !)

Fils électriques : Le risque est important car les chats prennent souvent les fils électriques comme un jeu très distrayant…

Cachettes : Méfiez-vous également de certaines de ses cachettes qui peuvent s’avérer
dangereuses voire mortelles comme la machine à laver (votre linge sale leur est irrésistible !), l’arrière de la gazinière, dans la structure du canapé…

Les sorties sur le balcon ou sur le bord des fenêtres
Méfiez-vous des fenêtres et balcons car bien qu’agile, votre petit félin risque une chute ou de finir par se perdre, c’est la première cause de mortalité pour un chat. Nous récupérons régulièrement des chats « qui allaient sur le balcon depuis des années sans souci » mais qui sont tombés. Le chat tombe le plus souvent victime de sa curiosité ou de sa distraction : il veut attraper une mouche, un papillon, il est surpris par un bruit inhabituel qui l’effraie, un mouvement, un revêtement glissant… Et les conséquences peuvent être vraiment graves (fracture multiples, hémorragies pouvant conduire au décès). Certains chats n’expriment pas de symptôme après une chute, mais il peut y avoir des conséquences du traumatisme invisibles qui risquent de s’exprimer dans les jours qui suivent l’accident.

Les sorties en extérieur
Trajets en voiture : Une cage de transport est INDISPENSABLE (et sera exigée pour toute adoption) pour emmener votre compagnon chez le vétérinaire, lors des trajets en voiture (et surtout pas de promenade sur les aires d’autoroute!) ou pour tout autre déplacement.

Sorties en laisse : Un chat n’est pas un chien… et il est très imprudent de s’imaginer pouvoir le promener en laisse sans risque. Il serait illusoire de croire que vous pourrez l’empêcher de se dégager de son collier ou de son harnais s’il venait à paniquer pour quelque raison que ce soit !

Sorties dans le jardin : Que ce soit en milieu urbain ou rural, votre chat peut être très vulnérable à toutes sortes d’agressions. Si vous lui accordez le droit de sortir dans la journée, exigez qu’il ou elle rentre tous les soirs (en l’attirant avec son alimentation préférée par exemple) car c’est la nuit que votre chat court le plus de risques (80 % de mortalité nocturne). Il est hautement déconseillé de faire sortir un chaton avant ses 6 ou 7 mois ce qui correspond à l’âge de sa stérilisation, avant cet âge il est trop jeune et pourrait ne pas retrouver le chemin de la maison. Les premières sorties se feront donc sous surveillance. Plus longtemps vous garderez votre chat à l’intérieur et moins il aura tendance à vagabonder loin de son chat’leureux foyer!

 

Que faire si votre chat s’égare?

  • Cherchez-le de préférence au calme à la tombée de la nuit.
  • Appelez-le, utilisez des bruits familiers, (boîte de croquettes, etc…) soyez patients, car terrifié il peut mettre plusieurs jours à sortir de sa cachette.
  • Placez des affiches (avec photo) dans les boulangeries, pharmacies, bureaux de tabac et autres. Veillez toujours à disposer d’une photographie récente que vous pourrez diffuser.
  • Signalez sa disparition au fichier félin, à la fourrière dont dépend votre domicile (77 Vaux le pénil, 92 Gennevilliers…), aux vétérinaires, à la police, à la mairie et aux services de voirie, aux refuges locaux, aux associations qui peuvent parfois diffuser sur le net.
  • Et vérifiez les pages de PetAlert!

 

Et autres…

Parfois un chaton s’ennuie quand ses maîtres sont absents, il pleure et miaule car il se sent seul et peut parfois déprimer un peu, un petit copain pourrait être la solution… Et surtout, n’oubliez pas que vous avez adopté un petit animal qui va beaucoup s’attacher à vous. Apportez-lui bonheur et tendresse, il vous le rendra au centuple.